Autoconsommation photovoltaïque : enfin une réalité

Home / Autoconsommation photovoltaïque : enfin une réalité

La réalisation d’installations solaires en autoconsommation prouve déjà toute sa pertinence économique sur les bâtiments et sites ayant un profil de consommation synchrone à une production solaire : magasins, centres commerciaux, entrepôts frigorifiques, bâtiments tertiaires et industriels. Les projets sont simples à réaliser, sans démarches lourdes ni frais de raccordement au réseau. Les possibilités d’intégration sont multiples : en toiture sans toucher à l’étanchéité (surimposition), en ombrière de parking ou simplement sur des supports posés au sol.

Hausse importante des tarifs de l’électricité.

Le mythe de l’électricité « pas chère » en France est mort en 2010 avec différents constats et rapports des autorités. Principales causes : le coût de démantèlement des centrales nucléaires n’est pas provisionné et celui de leur prolongation est largement sous-évalué. Quand au remplacement du parc nucléaire actuel, le coût de l’EPR ne cesse de s’envoler. L’opérateur historique se retrouve aujourd’hui devant un mur d’investissement … qu’il va falloir franchir rapidement. Conséquence : + 20% déjà enregistrés sur les factures d’électricité et + 30% de plus minimum d’ici 2020 pour gérer l’urgence.

Prix de l'électricité

Evolution du prix final de l’électricité (tarif bleu)

Volatilité des prix et complexité de la facture électrique.

Au 1° janvier 2016, tous les abonnés à une puissance >36 kVA doivent souscrire un contrat sur le marché libre. Les opérateurs font des offres alléchantes aux gros consommateurs et aux abonnés mutualisant leurs contrats ; 6, 5, voir 4 cts d’€ du kWh. Mais ces contrats marché libre sont conclus pour 2 ans seulement et le tarif s’entend hors charges et taxes liées à la livraison électrique : abonnement, comptage, CSPE, CTA, TCFE, TVA. Le prix de base du kWh est lui-même variable selon la période et les plages horaires. De nombreuses pénalités sont prévus particulièrement en cas de dépassement de puissance. Il suffit de diviser le montant à payer de sa facture par le nombre de kWh réellement consommés pour constater l’écart important avec les prix de base contractuels annoncés. Avec les fortes hausses à venir il est clair qu’il vaut mieux être producteur d’électricité que simple consommateur passif.

Facture électricité

Décomposition du prix final du kWh (tarif bleu)

 

L’électricité photovoltaïque enfin compétitive

Depuis 2007, le coût des panneaux et des installations photovoltaïques n’a cessé de chuter. Ainsi à puissance égale, l’investissement est en moyenne aujourd’hui divisé par 5. Or le coût de production de l’électricité solaire est avant tout lié à l’amortissement du capital engagé. Avec l’autoconsommation, les installations n’ont pas à supporter les surcoûts d’intégration au bâti et de raccordement au réseau. Elles produisent plus (sans intégration au bâti les panneaux sont mieux ventilés) et cette production se compare au prix réel des kWh TTC auxquels elle se substitue avec un effet vertueux : plus celui-ci augmente et plus l’investissement réalisé est rentable ! Un dispositif d’incitation est à l’étude au Ministère, qui viendrai même accorder une prime pour les kWh auto-consommés, considérant qu’ils soulagent le réseau et participent à construire un modèle énergétique décarboné, conforme aux engagements Européen pris par la France.

Cadre réglementaire et valorisation patrimoniale.

L’atteinte de ces objectifs passe entre autre par la contrainte réglementaire. La loi sur la biodiversité en discussion au parlement va imposer à partir de 2016 une toiture «active» (solaire ou végétalisée) pour toute surface commerciale de + de 1 000 m². Puis la RT2020, prochaine réglementation thermique,  va imposer le bâtiment à énergie positive pour toute construction neuve. Un tel bâtiment à énergie positive possède un avantage de poids ; plus économe, autonome et producteur d’énergie, il est extrêmement compétitif en termes d’exploitation et en phase avec la Responsabilité Sociale et Environnementale des occupants. Ainsi, bien au-delà de la seule obligation réglementaire, le différentiel de prix constaté à la revente entre un bâtiment peu performant et un bâtiment à énergie positive est déjà de 25%.

Et demain ?

L’apparition de solutions « on-site » de stockage et de régulation à prix compétitif va démultiplier l’intérêt d’une production d’électricité sur site, locale et décentralisée. Ces évolutions technologiques ouvrent la voie à la mise en place des « SmartGrids », les réseaux intelligents, dans la logique des Territoires à Energie Positive. Pour les producteurs actuels et futurs, ce nouveau marché de l’énergie ouvre d’intéressantes opportunités de création de valeur et incite à devenir un consom’acteur de cet internet de l’énergie qui se met en place. L’énergie est donc plus que jamais un déterminant de la compétitivité des entreprises et des organisations.

 

Leave a Comment